mardi 10 décembre 2013

Championnat du Monde Surfcasting 2013 - Torremolinos Espagne



Du 19 au 26 octobre se sont déroulés les Championnats du Monde de Surfcasting Hommes et Dames à Torremolinos en Espagne, près de Malaga. Les françaises reviennent avec l’OR.

La France était représentée :
 
chez les Femmes par Marine Broussard, Cindy Gambier, Carole Evrard, Pauline Bellicourt (team Yuki), Chrystèle Mesure et Suzanne Bécot, sous le capitanat de David Mesure.

chez les Hommes par William Vernay, Yann Decoster, Jonathan Selleslagh (team Yuki), Jean-Baptiste Villard, Fabrice Chertier et Alain Girard, sous le capitanat de Yan Dulière.

Arrivés 3 jours avant la compétition pour découvrir les lieux nous nous sommes entraînés 2 soirs consécutifs afin de nous familiariser avec la plage et les poissons qui la fréquente. Les entraînements sont rapidement satisfaisants puisque bon nombre de bogues, pageots, chinchards, marbrés, « roncadors », dorades et vives sont attrapés. Nous remarquons que le poisson est moins abondant la journée mais que dès la nuit tombée les poissons de surface ne se font pas attendre et sont de plus en plus actif au cours du temps ; il faudra en tenir compte pour les manches qui se déroulent de 19h à 23h.

Pour ma part de journée les montages en corps de ligne Invisible 0.50 à 2 empiles de 150 cm en 0.22 et 0.23 Atko et Neox hameçon AX63 n°7 avec 1 perle flottante en haut ainsi qu’un traînard de 2-3 m se révélaient pêchant à très grande distance. J’utilisais la Kenta trt ou la Luminaria 4.5 m munie de fil Kenta 0.128 ou d’Invisible 0.12 et 0.14. Par la suite à 120 m et à 50-70 m le 3 empiles de 160 cm ou 60-90 cm en 0.18 Neox, hameçons AX63 n°7 et 8 ainsi que les ZX100 n°10 garnis de perles flottantes phosphorescentes (bleue, rose et verte), corps de ligne en 0.28 à 0.40 Invisible permettaient de sortir en nombre les bogues ainsi que quelques chinchards et pageots maillés (les poissons non maillés étaient « no good »). Pour pêcher les poissons de surface j’utilisais alors la Orata 5 m qui permet de lancer à bonne distance un très long montage de 4-5 m si nécessaire.
 

le matériel incontournable de ce championnat en Espagne : Yuki, une gamme complète.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Manche 1 :
            L’entraînement officiel de la veille, gagné d’ailleurs par les françaises, est bien différent de ce que nous avions vu 2 et 3 jours auparavant. Le poisson est beaucoup moins abondant ; nous abordons les manches moins sereins. Je me retrouve en secteur E à la première manche. Comme attendu le poisson est timide la première heure, seuls quelques chinchards sont mis au sec par les voisins. La nuit tombe, je remonte à ce moment un triplet de bogues à très grande distance. J’enchaîne sur un doublet dans les 80 m, puis un autre bogue à cette même distance. Un grand trou par la suite. Je change et mets à 120-130 m ; choix qui s’avère payant, je fais 1, puis 2, puis 3 autres bogues. Un nouveau trou, il reste 30 minutes. Je remets alors très loin et sortirai un doublet de bogues. Dix minutes plus tard le coup de feu de fin est donné. Je totalise 11 bogues mais ne finirai pas si bien que ça, les concurrents ont réussi à en sortir un peu plus les derniers coups de cannes.
L’équipe féminine termine 4ème de la manche alors que les hommes sont plus loin.

 
Manche 2 :
            Changement de zone avec les femmes. Le poisson semble moins présent au vu des résultats, ce qui se vérifiera. Dur dur de sortir du poisson ; il faudra attendre la nuit pour mettre quelques poissons dans le seau. Les non maillés eux sont là, mais ne comptent pas ! Je ferai 1 chinchard puis un deuxième au loin. Un peu plus tard c’est un doublet, marbré et pageot qui rejoignent le seau. Un bogue viendra finalement compléter la manche. Avec 5 poissons je me classe dans la moitié du secteur ; ça ce joue à 5 g, 20 g….
Alors que William gagne la manche chez les hommes, les femmes accrochent la deuxième place de la manche… elles sont alors 2ème au général.
 



 





Manche 3 :

De retour dans l’autre zone et du poisson plus abondant à nouveau. Le premier coup de canne avec un sar de 26 cm me mettra en confiance après 10 minutes. Un autre suivra mais sous les 23 cm ! La nuit arrive, je ferai de suite 1 puis 2 chinchards. Un joli pageot viendra s’ajouter, puis un roncador, un petit congre et des pageots, justes maillé pour certains, un roncador, ainsi que de nombreux « no good ». Je suis alors très bien dans la zone, peut être en tête ; il reste encore une heure, qui me coûtera cher. Je ne parviens qu’à faire un bogue de plus alors que je vois à nouveau les voisins sortir du poisson, par doublet parfois, les derniers coups de canne. Je ferai tout de même ma plus belle manche en terminant 5ème de secteur. Les femmes ont frappés un grand coup, elles gagnent la manche et s’emparent de la première place au général…. Un podium est assuré pour elles.


Manche 4 :

            On change de zone à nouveau, et à nouveau le poisson est beaucoup plus dur à trouver. Le jour ne sera encore une fois pas prolifique. A la tombée du soir quelques rares chinchards seront sortis. Le temps passe et grand nombre de pêcheurs est encore capot dans mon secteur. Je sortirai un sar à mi-concours qui sauve déjà le capot. Les « no good », y compris une grande vive qui aurait fait du bien si elle comptait, s’enchaînent et toujours peu de poisson de fait. Je décrocherai un petit congre, arf pas de chance. Je décide par la suite de mettre le plus loin possible ; il ne reste que 45 minutes. La touche… je remonte tranquillement, je suis un peu à gauche. Arrivé à 20-30 m je sens bien les accoups ; je me décale vers l’extrémité gauche de mon box voyant la ligne peut être au dessus de celle du voisin. A 10 m du bord je vois 2 beaux éclats dorés dans la vague, des roncadors, et là mon montage se sectionne en plein milieu avec le fil du voisin. Il ne me reste plus qu’un poisson, celui du trainard repartira avec le reste du montage ! Avec 2 poissons à la pesée, comme grand nombre des autres compétiteurs du secteur qui feront 0, 1, 2 ou 3 poissons, ça se joue à nouveau à peu de chose. Je ferai vers la moitié de la zone.

Le championnat est fini, nous apprenons que les femmes ont très bien pêché…

En effet elles gagneront à nouveau la manche, et haut la main; c’est sûr elles seront championnes !

 
Un grand bravo à elles et à Marine ainsi qu’aux espagnols masculins qui remportent toutes les places possibles ! La championne du monde 2012, Cindy Gambier, ne démérite pas et termine 4ème. Trois années de suite que la championne individuelle est française !!!

Rendez-vous en France, à Vieux-Boucau, pour l’édition 2014 des championnats du monde de surfcasting

lundi 11 novembre 2013

CHAMPIONNAT DE FRANCE 2013 - Port Saint Louis du Rhône du 6 au 12 octobre


300 compétiteurs venus de toute la France se sont réunis du 6 au 12 octobre pour disputer les championnats de France de surfcasting qui se déroulaient sur la plage de port Saint Louis du Rhône.

Trois manches de soirée de 4h30 chacune étaient programmées avec 2 cannes en action.




Mercredi : manche 1 de 18h00 à 22h30

18h00, Le coup de pétard est envoyé et les cannes sont mises à l’eau ; l’une à 20m avec un montage 3 x 60 cm en 0.185 Neox et corps de ligne en 0.28 ; hameçon AX63 n°9  pour pêcher les petites dorades royales qui sont présentes avant le coucher de soleil; l’autre à 60-80m du bord montée en 2 x 65 en 0.185 Neox avec perle flottante et un trainard de 1.5m en 0.205 Neox, hameçon AX 63 n°7, corps de ligne en 0.40 Invisible pour attraper les mulets qui font entre 40 et 55 cm de long ! Les moulinets sont garnis d’invisible 0.16 et 0.18. Canne Neox Orata 5m.

Je ne parviens pas à faire de mulets, peu présents dans ma zone, mais sors des petites dorades. La nuit s’installe et la pêche change, il faut maintenant aller chercher marbrés, bogues, chinchards et pageots à plus longue distance.
Je change de canne et mets en action la Kenta trt 4.5m ainsi que la Taylor X6 4.5m avec du fil 0.148 Kenta et 0.17 A8 Supreme (qui a l’avantage de se voir très bien la nuit). Montages 3 x 130 cm en 0.22 Atko avec perles flottantes phospho corps de ligne en 0.40 et 2 x 180 en 0.235 Neox ; corps de ligne en invisible 0.50.

Un joli doublet (marbré et pageot) est rapidement mis au sec puis se sont bogues et chinchards qui seront ensuite pêchés jusqu’à la fin de la manche. Il est 22h30, fin de la manche, je totalise 14 poissons pour 2000g et termine 3ème de la zone et 9ème au général.
 
Jeudi : manche 2 de 18h00 à 22h30

Le temps a complètement changé et un très fort vent rend la pêche délicate et difficile.

Les petites dorades sont beaucoup plus discrètes mais les jolis mulets font rapidement prendre de l’avance à ceux qui les sortiront avant la nuit tombée.

Même tactique de pêche que la veille néanmoins.


Les poissons de surface seront certainement absents aujourd’hui au vu des conditions météorologiques ; il faut donc faire du poisson avant la nuit pour s’en sortir….


Je mettrai 4 petites dorades assez rapidement au sec ; de beaux mulets se font un peu plus loin de moi… je n’en fait pas mais insiste car c’est le poisson qui fait la différence. J’en ferai finalement 1 in extermis à la tombée de la nuit ; ouf !!!
Le poisson se raréfie ensuite et je sortirai 2 petites dorades pour compléter ma pêche. Avec 6 dorades et 1 mulet de 44 cm je termine 51ème de la manche.
Au cumul des 2 manches je remonte à la 6ème place…. Un podium est encore possible…


Vendredi : manche 3  de 16h00 à 20h30

Le beau temps est revenu et les horaires sont avancés, laissant présager une pêche de mulet et dorade plus conséquente.

Jonathan Selleslagh, 6ème au CDF 2013
Ce qui ne fut pas le cas, seules quelques rares petites dorades sont mises au sec et les mulets ne sont pas là !

Le temps passe et très peu de poissons sont sortis. J’arrive à faire une petite ainsi qu’une orphie à la perle flottante. 2-3 beaux mulets seront sortis aux alentours mais ce sont des individus isolés.

La nuit arrive, je décide donc de mettre les montages 3 x 120cm avec perles flottantes et 2 x 180… Il n’y a pas de poissons à faire, c’est général !

A 20 minutes de la fin je change mes lignes et mets à l’eau un montage de 2 x 180 avec perles flottantes phosphorescentes. 10 minutes après, une touche, un beau chinchard de 33 cm s’est laissé tenter par ce montage.


Je termine donc la manche avec 3 poissons, les chances du podium individuel sont impossibles mais un beau classement est encore envisageable  au vu du peu de poisson de fait à la 3ème manche dans ma zone.
Podium Sénior : 5ème

 Avec une 53ème place à la 3ème manche je conserve ma 6ème place au classement final.

Je termine ainsi 5ème sénior Homme et monte également sur la plus haute marche du podium par comité.

A noter que Florian de mon club se classe 23ème, une belle prestation.
 
Podium Comité ; 1er : le Nord
Avec mes collègues du club La Doguette Bray-Dunoise